archives  
   

 

 

Atelier de validation du rapport d’Evaluation des formations des Administrateurs Territoriaux realisees par le Centre National De Formation et Perfectionnement des Cadres et Elus de 2011 à 2015

Dans le cadre de la mise en œuvre des activités du Devis Programme de croisière du Ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation, le Centre National de Formation et de Perfectionnement des Cadres et élus (CNFPCE) basé à Sérédou, a réalisé une évaluation des formations des Administrateurs Territoriaux sur la période 2011-2015.

 

A ce jour, le CNFPCE a formé 304 Sous-Préfets, 104 Secrétaires Généraux des Préfectures et Communes Urbaines, 103 cadres centraux du Ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation, 38 Chefs de services de l’Administration électorale et 103 Sous-Préfets Adjoints.

L’objectif de cette évaluation est d’apprécier les impacts de cinq années de formation sur les niveaux de performance des modules, l’évaluation du dispositif pédagogique et l’évaluation du transfert des compétences acquises.  Aussi, il était nécessaire pour le CNFPCE de faire une rétrospective de ces formations réalisées en vue d’améliorer son offre de formation en tenant compte d’une ingénierie de formation.

L’évaluation révèle la sous représentativité des femmes par les Administrateurs Territoriaux, c’est clairement au niveau des Secrétaires Généraux des Communes Urbaines, qu’elles représentent 17,6% et au niveau des jeunes cadres, elles ne sont que 13%. Cela démontre une disparité de genre de l’Administration Territoriale. Tandis que les Administrateurs Territoriaux sont majoritairement âgés. La moyenne d’âge est de 54 ans. Pour les Secrétaires Généraux des Collectivités Décentralisées, elle est de 59 ans, contre 58 ans pour les Secrétaires Généraux des Affaires Administratives, 55 ans pour les Sous-Préfets, 54 ans pour les Secrétaire Généraux des Communes Urbaines et 38 ans pour les jeunes cadres du niveau central. Les Secrétaires Généraux des Communes Urbaines sont les moins âgés par les Administrateurs Territoriaux.

L’impact d’une action de formation est directement lié à la pertinence des objectifs de formation, l’efficacité pédagogique et à la qualité du transfert des compétences acquises. Ainsi, il ressort de l’évaluation que les besoins de formation n’ont pas été définis en lien avec les apprenants, impliquant le manque de rapport direct entre les formations et les activités professionnelles quotidiennes. En outre, certains modules de formation ne contenaient pas d’objectifs de formation, la méthode pédagogique peu définie et le suivi accompagnement au poste de travail rarement organisé.

A la suite de ce constat sur les formations réalisées de 2011 à 2015, des recommandations ont été formulées, notamment le renforcement des capacités des formateurs, en mettant en place un pool de spécialistes en ingénierie de formation pour améliorer la connaissance des formateurs sur la préparation pédagogique et réévaluer et actualiser le pool de formateurs sur la base des compétences et expériences en matière de formation. Aussi, institutionnaliser la consultation des bénéficiaires lors de l’identification et de l’analyse des besoins. Revoir les modules de formation afin que chaque module puisse contenir des séances d’apprentissage. En outre, la proximité des formations a été recommandée, en insistant sur la régionalisation des sessions de formation ; améliorer la participation des femmes et jeunes Administrateurs territoriaux aux sessions de formation ; institutionnaliser la présentation des résultats de l’évaluation après chaque formation et élaborer et mettre en œuvre une stratégie de suivi accompagnement au poste de travail après la formation.

Le document a été validé, unanimement par les participants.

 

 

 
     

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 
 
 
Copyright © 2014 tous droits réservés
ANCG Rép . Guinée .Conakry - Hamdallaye / www.ancg-guinee.org