archives  
   

 

RESTITUTION DE L’ETUDE SUR LES SOURCES DE CONFLITS DANS LES ZONES MINIEREs

A l’occasion de la restitution d’un rapport identifiant les principales sources de conflits en zones minières et formulant des recommandations concrètes pour y mettre fin, étaient réunis, le 18 août au Palais du Peuple, les représentants de tous les acteurs publics et privés du secteur des mines en Guinée: le Ministère des Mines et de la Géologie, le Ministère de l’Environnement et des Eaux et Forêts, les principales compagnies minières, l’ITIE, des organisations de la société civile, des élus locaux et des partenaires techniques et financiers.

 

Réalisée par le Centre du Commerce International pour le Développement (CECIDE), ce travail a porté sur un échantillonnage de huit zones minières représentatives du paysage des industries extractives guinéennes, et sur la base de 96 conflits recensés entre 2007 et 2015. Les sources de conflits ont été classées en fonction de leur caractère direct ou indirect :

> Les causes directes :
- la faiblesse des embauches effectuées auprès des communautés locales par les sociétés minières (36 % des causes de conflits) ;
- les externalités négatives avec la multiplication des atteintes à l’environnement  (34% des conflits) ;
- la faible contribution des sociétés minières pour la réalisation d’infrastructures de base sur le territoire de leur implantation (10% des conflits) ;
- la mauvaise gestion des recettes minières.

> Les causes indirectes :
- le non respect des engagements par les sociétés minières constitue la première cause ;
- le manque de communication, les fausses idées véhiculées sur les mines ;
- l’absence de redevabilité des autorités locales ;
- la gestion opaque des taxes et redevances minières;
- l’absence d’harmonisation des codes de loi relatifs au secteur minier.

 > Les pistes de solutions pour la résolution de ces conflits sont:
- la création, par le Ministère des Mines et de la Géologie, d’une Direction de la sécurité minière ;
- la création et le renforcement de capacités des comités de concertation dans les localités minières ;
- la mise en place, par le Ministère de l’Environnement, d’un comité de suivi des plans de gestion environnementaux et sociaux dans les zones minières ;
- l’amélioration de la redevabilité des autorités communales ;
- la mise en place d’une gestion participative des taxes et redevances minières dues aux Communes.

A l’occasion de cette réunion, un guide pratique pour la prévention des conflits en zones minières en Guinée, réalisé grâce au concours financier de « L’Initiative État de droit de l’association du Barreau américain (ABA ROLI), avec l’appui technique du bureau d’étude INSUCO, a été diffusé. Ce guide est disponible en version électronique :

GUIDE PRATIQUE POUR LA PRÉVENTION DES CONFLITS EN ZONES MINIÈRES

 

 

 
     

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 
 
 
Copyright © 2014 tous droits réservés
ANCG Rép . Guinée .Conakry - Hamdallaye / www.ancg-guinee.org